top of page

Pourquoi être végétarien selon l'Ayurveda

Il existe plusieurs raisons pour devenir végétarien : éthique, environnementale, spirituelle et de santé. Ici, nous nous intéresserons à la question de la santé.



Raisons de santé

Des preuves scientifiques significatives indiquent que le régime végétarien est plus sain qu'un régime à base de viande. A titre d'exemple, voici certaines des maladies associées à la consommation de viande : tension artérielle élevée, maladie des artères coronaires, crise cardiaque, arthrite et goutte, constipation, cancer, ulcère, maux de tête et migraine, calculs rénaux, calculs biliaires, ostéoporose, maladie des reins. Les quelques facteurs à prendre en considération sont :


Pesticides et toxines environnementales

En effet, les pesticides et autres toxines environnementales dans la nourriture animale tendent à devenir plus concentrés dans le corps de l'animal. De petites quantités de pesticides peuvent s'accumuler dans la viande jusqu'à atteindre un niveau potentiellement dangereux. Des composés de dioxine, soluble dans la graisse, sont couramment trouvés en très forte concentration dans le poisson, particulièrement dans le thon et saumon d'élevage.

Sans rentrer dans des cas d'élevage intensif, il est important de retenir que la nourriture donnée aux animaux n'est pas quasiment (jamais) d'origine naturelle, car même les normes en Agriculture Biologique laisse une place aux produits phytosanitaires.


« Les poissons peuvent être contaminés par des polluants présents dans l'environnement dont les dioxines, les PCB ou le méthylmercure, qui peuvent avoir des effets néfastes sur la santé en cas de surexposition. » Source ANSES

Une étude américaine a montré que 99% du lait des mères non végétariennes contient des niveaux élevés de DDT, PCB et autres poisons consommés et qui se trouvent concentrés dans les graisses animales. Il est intéressant de noter que seulement 8% des mères végétariennes ont le même niveau de ces poisons dans leur lait. *


Hormones et aux oestrogènes

En 1990, La Communauté Européenne a proscrit toute la viande et les produits laitiers issus des Etats-Unis qui contenaient des hormones depuis les dix dernières années. C'est aussi le cas de la Suisse qui utilise des hormones dans sa production commerciale de ses produits laitiers. Il existe de nombreuses études qui montrent l’action de ces hormones aux effets d’œstrogènes sur les garçons en pleine croissance et l’augmentation de la fréquence des testicules qui ne sont pas descendues. Mais l’élément le plus effrayant est peut-être le nombre impressionnant de femmes souffrant d’un cancer du sein et autres tumeurs qui sont clairement liés aux œstrogènes. Cela pourrait répondre à la question de savoir pourquoi les Etats-Unis comptent le plus haut taux de cancer du sein dans le monde. Les chercheurs à la fois des Etats-Unis et d’Europe mettent en évidence le fait que les enfants et adolescents américains reçoivent l’équivalent de 100 fois la quantité d’œstrogènes autorisés par le gouvernement américain.**


Cholestérol

Un niveau élevé de cholestérol peut engendrer l'accumulation de plaques sur les parois des artères. Cela diminue leur diamètre intérieur et demande au cœur de pomper plus fort pour produire une pression plus élevée afin que le sang circule. La plaque engendre également la formation de caillot dans la circulation sanguine qui peut boucher les petites artères. Les maladies qui peuvent être en corrélation avec une augmentation du niveau de cholestérol sont : tension artérielle élevée maladie des artères coronaires et crise cardiaque, maladie vasculaire cérébrale et congestion cérébrale. Un article dans Le "American médical journal" indique qu'un régime végétarien peut éviter 90 % des maladies thromboemboliques et 97 % des occlusions coronaires.


Acide urique

Les protéines en excès dans notre nourriture ont besoin d'être décomposées en urée et en acide urique par le foie pour ensuite être excrétées par les reins. Un niveau élevé d'acide urique dans le sang peut contribuer à un certain type d'arthrite, il est la principale cause de la goutte.


Antibiotiques

Dans les fermes usine-modernes, des antibiotiques sont régulièrement donnés aux animaux vivants dans les conditions de surpeuplement afin de contrôler les déclarations de maladie. Les infections de nourriture, tel que poulet et œuf infectés par la salmonelle ou bœuf infecté par la bactérie E-Coli, sont plus difficiles à contrôler du fait de la résistance au traitement. La pratique peut aussi créer une tendance à la résistance aux antibiotiques associées à d'autres maladies chez l'homme.



Raison anatomique et physiologie humaine

La vision anatomique

D'un point de vue anatomique il paraît que les humains sont plus proches des animaux herbivores que des animaux carnivores.

"Je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre et de tout arbre ayant en lui le fruit d'arbre et portant de la semence. Ce sera votre nourriture". Génèse 1.29

Par exemple, les carnivores possèdent un appareil digestif qui ne fait que trois fois la longueur de leur corps et sont ainsi capable d'éliminer rapidement les substances qui pourrissent vite, telle que la viande.

Leurs estomacs sont riches en acide chlorhydrique qui leur permet de digérer des os et des tissus fibreux résistants des muscles des animaux.

Toutefois, l'appareil digestif des animaux et autres animaux végétariens fait 10 à 12 fois la longueur de leur corps, formant un chemin sinueux et complexe, mal adapté à la digestion et à l'élimination de la viande. Le système digestif des omnivores naturels se trouve entre ces extrêmes.


En plus des griffes aiguisées, tous les carnivores sont dotés de puissante mâchoire avec des canines allongées pour percer et déchirer la chair. Les canines chez les humains, appeler ainsi à cause de leur position dans la bouche, n'ont pas de ressemblance avec celle que l'on trouve chez le chien, le chat ou même l'ours omnivore. D'autre part, des animaux végétariens sont bien équipés d'incisives tranchantes pour mordre dans des fruits frais et végétaux et contrairement aux mangeurs de viande, possèdent des molaires bien développées pour mâcher et écraser les végétaux, fruits et noix.


Le naturaliste français Baron Curie a noté que les fruits, les racines et autres végétaux semblent être la nourriture naturelle de l'humanité : nos mains nous offrent la possibilité de les ramasser. Notre petite et comparative faible mâchoire et nos petites canines ne nous permettent pas de dévorer de la viande à moins qu'elle ne soit préparée par un processus culinaire.

Les carnivores, etant principalement des chasseurs nocturnes, dorment pendant la chaleur de la journée. Les animaux herbivores fonctionnent pendant la journée. Il semble que les humains soient des végétariens naturels.


Une théorie est que la rareté des fruits et des légumes pendant l'air glaciaire a forcé les tribus du Nord à s'adapter en manger de la viande pour survivre. Malheureusement, l'être humain ne renonça plus à cette pratique lorsqu'elle ne fut plus nécessaire.



La vision physiologique : la difficulté de digestion

Selon l'Ayurvéda, la nourriture qui reste accumulée dans les voies digestives provoque la créations de toxines. A savoir, qu'il faut :

  • 3 jours pour digérer de la viande rouge, 4 à 5 jours pour les transits plus difficiles

  • 2 jours min pour volailles, poisson .., 3 à 4 jours si faiblesse digestive

Ces longues périodes dans le transit favorisent le développement de la putréfaction des aliments.




La place de la viande en Ayurvéda


L’Ayurvéda explique que la viande permet à l’organisme de fabriquer rapidement des tissus

(dathus) mais de qualité inférieure que si ces dathus sont construits à partir de nourriture végétarienne. Nous nous retrouvons encore une fois confrontés à un des problème de notre société : ne pas être capable d'attendre, être dans le "je veux tout et tout de suite : plus de muscles = plus de consommation de viande".

L’Ayurvéda considère aussi que tous les tissus animaux sont problématiques car ils favorisent les toxines dans le corps. Par toxines, on veut dire :

  • La substance elle-même est, à long terme, toxique pour l’organisme et que pendant le processus de digestion, la chaire animale produit des bactéries toxiques (Ama). En plus, étant donné que la chaire animale prend entre 36 à 60 heures pour traverser le système digestif, elle a tendance à se putréfier dans les intestins avant d’être éliminée

  • Les protéines ne sont pas un combustible propre. Lorsque l’on en consomme en grande quantité, l’organisme a tendance à les brûler comme du carburant – comme dans un régime basé sur la consommation de la viande qui est pauvre en glucides. Le dérivé de la combustion de la chaire animale, en tant que combustible, est l’acide urique. Cet acide est appelé « toxine » en Ayurvéda car lorsque l’organisme est saturé par cet acide, il se déplace à travers le corps et provoque des maladies comme la goutte, l’arthrite et des troubles auto- immunes – entre autres. C’est une des raisons essentielles pour lesquelles l’Ayurvéda classique considère la viande comme étant un mauvais choix nutritionnel : parce qu’elle génère des effets secondaires quand on en consomme régulièrement ou en grande quantité.


Traditionnellement, l’Ayurvéda utilise des bouillons de viande comme méthode pour aider un patient malade à retrouver rapidement sa force. L’utilisation de chaire animale était limitée aux thérapies médicales et n’était pas considérée bonne pour une consommation quotidienne. Certaines viandes, particulièrement le bœuf, étaient considérées comme toxiques à la consommation humaine.





SOURCES :


Pesticides en Agriculture Biologique :

Contamination du poisson :

Viande


* A Brief Review of Selected Environmental Contamination Incidents with a Potential for Health Effects, (Etude Brève sur une Sélection d’Incidents dus à la Contamination Environnementale ayant des Effets Potentiels sur la Santé), réalisée par la Bibliothèque du Congrès pour le Comité sur l’Environnement et les Travaux Publics, Sénat Américain (Août 1980), p.173-4, comme indiqué dans le rapport EarthSave, Food Choices and the Planet, (Les Choix Alimentaires et la Planète).


** James, Barry, Trade War Looms Over Hormone Beef Ban as EU Reiterates Health Fears, (La Guerre du Commerce Menace l’Interdiction de la Viande aux Hormones tandis que la Communauté Européenne Réitère ses Craintes sur la Santé), International Herald Tribune, May 13, 1999; et voir, Colborn, Theo, et dans, Our Stolen Future, (L’Homme en Voie de Disparition) New York, NY: Penguin Books, 1996


Le Grand livre du Yoga, Swami Vishnudevananda, Edition le Courrier du livre, 2011 (réédition)

Comments


bottom of page